Accueil du site > Société > Quelle relation entre état adulte, enfant et parent ?

Quelle relation entre état adulte, enfant et parent ?

Publié le vendredi 3 février 2006. Lu 9985 fois

Découvrir les meilleurs leçons de l’application de l’analyse transactionnelle dans notre vie quotidienne...

Origines et prolongements

Eric Berne, de son vrai nom Eric Lennard Bernstein est né le 10 mai 1910 à Montréal. Entreprenant des études médicales, il devient médecin à l’âge de 21 ans et se spécialise ensuite en psychiatrie. S’installant aux Etats-Unis, il suit une formation en psychanalyse durant quinze années avec Paul Federn et Erik Erickson. Pourtant le souhait d’Eric Berne est en réalité de simplifier les théories psychanalytiques et la psychologie générale, afin de les rendre accessibles à tous. A ce sujet on raconte qu’un jour, au cours d’une psychothérapie, un patient d’Eric Berne demandait : "A qui s’adresse votre question docteur ? A l’enfant ou à l’adulte qui est en moi ?" Il n’en fallait pas plus, pour qu’Eric Berne fasse un rapprochement aussi simple que génial : alors que Freud, décrivait le psychisme en parlant du "Ca", du "Moi", et du "Surmoi", Eric Berne le "redécouvre" et le simplifie. Il remplace respectivement les termes Freudiens par : Etat Enfant (= l’enfant qui est en nous) Etat Adulte (= l’adulte réfléchit qui est en nous) et Etat parent (= le parent, autoritaire ou bienveillant qui est en nous). Peu à peu, en créant une multitude de schémas explicatifs, Eric Berne développe une nouvelle approche de la psychologie qu’il appellera Analyse Transactionnelle (AT). Une approche originale, dans la mesure ou l’A.T. s’est finalement nettement distinguée de la psychanalyse (soyons précis : les états du Moi - Parent, Adulte, Enfant - de Berne ne sont pas strictement superposables aux instances de Freud - Surmoi, Moi, ça - ) Une approche traditionnelle également, puisque finalement il s’agit d’une réorganisation des connaissances psychologiques les plus utiles à la compréhension de chacun. Enfin, l’Analyse Transactionnelle (de transactions, échanges), est aussi une nouvelle méthode de communication.

En 1954, Berne diffuse l’Analyse Transactionnelle par le séminaire de psychiatrie sociale, qu’il dirige à San Francisco. Dès 1957, il édite un premier ouvrage s’intitulant "Psychiatrie et psychanalyse à la portée de tous" qui comprendra déjà un chapitre sur l’Analyse Transactionnelle, avant de rédiger explicitement en 1961, le premier livre consacré à sa méthode : "Analyse Transactionnelle et psychothérapie". L’année suivante marque le véritable début du mouvement de l’A.T. avec la publication régulière du "Transactional Analysis Bulletin". Le succès que connaît progressivement l’Analyse Transactionnelle aux états Unis et en Europe amène Berne à fonder l’ITAA (International Transactional Analysis Association) en 1964. Utilisée en entreprise, dans divers milieux professionnels, mais également à titre de développement personnel et de psychothérapie l’A.T. a permis à de nombreuses personnes de mieux se connaître et de mieux communiquer. Eric Berne décédera d’une crise cardiaque le 15 juillet 1970. Ses continuateurs affineront et prolongeront, les nouveaux apports de l’Analyse Transactionnelle, conformément au souhait le plus cher de son génial fondateur.

Théorie et méthode.

L’Analyse Transactionnelle est une méthode de résolution des difficultés, basée sur la connaissance de soi et la communication. Sa simplicité apparente ne doit pas conduire à sous estimer les implications psychologiques que nécessite son application, qui elles, ne sont pas simples ! Pour l’A.T. la personnalité est constituée de plusieurs états appelés "Etats du moi". Ils sont subdivisés comme dans le schéma ci-contre. En effet, lorsque nous dirigeons, jugeons, que nous sommes autoritaires ou agressifs, c’est notre état Parent Normatif (voire persécuteur) qui s’exprime. A l’opposé, lorsqu’on aide, encourage, félicite ou protège, nous sommes dans un état de Parent Bienveillant (voire surprotecteur). L’état Parent, Normatif ou Bienveillant, trouve donc son origine à partir de toutes les règles ou jugements que nous avons appris tout au long de nos vies auprès de toutes personnes faisant figure d’autorité. Bien souvent, à partir de nos propres parents. Heureusement, nous avons également un "enfant en nous". C’est grâce à lui que nous sommes quelques fois spontanés, que nous exprimons nos émotions, ou encore que nous faisons preuve de créativité. Pour les transactionnalistes ces capacités regroupent celle de l’état d’Enfant Libre. Bien entendu, notre Enfant peut également se montrer soumis, effacé ou dévalorisé... voire même rebelle dans certains autres cas. Et ce sera notre Enfant Adapté, qui du fond de nous viendra s’exprimer. Enfin, notre Adulte est tout simplement la partie de nous qui réfléchit, évalue, compare et analyse. C’est un peu l’état intermédiaire entre les deux pôles que sont l’Enfant et le Parent. Naturellement, le but d’une thérapie par l’analyse transactionnelle est de communiquer avec les autres (ou avec soi-même) à l’aide de notre Adulte, le plus souvent, mais également lorsque c’est utile avec notre Enfant ou notre Parent.

Toutes ces parties qui sont en nous ont ainsi leurs avantages et leurs inconvénients. Imaginons un patron qui s’adresserait à son employé en disant : "Qu’est-ce que c’est que ce travail ? Mais vous faites vraiment n’importe quoi !" En émettant une telle directive ce patron s’exprime du haut de son Parent Normatif ! Mais à qui s’adresse-t-il ? A l’Enfant de son employé bien sur... et de préférence à son Enfant Adapté. Qui plus est, si l’employé répond confusément :"Oh ! je m’excuse... oui c’est vrai, je n’ai pas fait attention..." (= état Enfant Adapté) la transaction devient complémentaire : en d’autres termes, le patron s’adresse de son Parent Normatif à l’Enfant Adapté de son employé ; et l’employé répond sur le même registre, de son Enfant Adapté, vers le Parent Normatif de l’employeur. Vous le constatez, les transactions complémentaires permettent d’entretenir la relation, mais pas nécessairement une "bonne" relation. Dans notre exemple, l’employé aurait très bien pu répondre à partir de son Adulte cette fois-ci : "Je comprends que vous trouvez que ce travail n’est pas bien fait, mais j’ai fais de mon mieux. J’aimerais que vous m’expliquiez ce qu’il faudrait encore améliorer."

Des méthodes et des modèles

Eric Berne va plus loin : il explique également de quelle manière certaines transactions dites "à double fond" peuvent conduire à des troubles psychologiques plus profonds : lorsque qu’un mari autoritaire rentre chez lui en disant à sa femme : "le chien est sur le canapé !" il semble s’exprimer à partir de son Adulte vers l’Adulte de sa conjointe (en effet il s’agit d’un constat, donc exprimé avec l’Adulte). En réalité il s’exprimait à partir de son Parent Normatif vers l’Enfant Adapté de sa femme. C’est ce que l’on appelle couramment un sous entendu, puisqu’en réalité le mari voulait dire : "j’ai répété cinquante fois que ce chien n’a rien à faire sur ce canapé !" ou encore "Tu ne t’occupes pas bien de la maison !". Si ce type de communication devient un mode habituel d’échange, un malaise ou une angoisse vague ne tarde pas à apparaître et, bien souvent l’ulcère d’estomac, la dépression nerveuse ou la névrose n’est pas loin. Ici encore, l’analyse transactionnelle explique comment désamorcer ce type d’échange.

D’autres modèles, toujours aussi pertinents rendent le fonctionnement de notre psychisme compréhensible. Pour reprendre l’exemple de ce mari qui entrant chez lui voit le chien sur le canapé, on peut également s’interroger sur sa "position de vie". C’est à dire : de quelle manière cette personne appréhende-t-elle sa vie quotidienne ? Il existe quatre positions de vie en analyse transactionnelle :

1° Je suis OK - Tu n’es pas OK (c’est peut-être celle de ce mari !) 2° Je ne suis pas OK - Tu es OK 3° Je ne suis pas OK - Tu n’es pas OK Et la quatrième, qui est aussi le but de la thérapie A.T. : 4° Je suis OK - Tu es OK (I’m OK, you’re OK)

(Etre OK = à l’aise dans ses relations et sa vie, c’est être autonome, se sentir gagnant mais aussi se savoir imparfait et faillible...)

Autre élément qui façonne notre personnalité : les "mots d’ordre". De quoi s’agit-il ? Ce sont tout simplement ces petites phrases que l’on se répète quotidiennement pour faire face aux situations stressantes. En somme, des messages "enregistrés" dans nos Parents :

Ne montre rien (= je dois à tout prix cacher ce que je ressens et ce que je pense)

Dépêches-toi (= je dois toujours donner l’impression d’aller vite et d’être presser)

Soit parfait (= alors que la perfection n’existe pas)

Fait plaisir (= je dois toujours faire plaisir aux autres même si je n’en ai aucune envie).

Ces mots d’ordre nous les manifestons tous, plus ou moins. Généralement l’un ou l’autre peu dominer. Bien entendu, en les identifiants nous parvenons à mieux les gérer, et en tous cas à les rendre moins nuisible.

Les schémas, les modèles, sont encore nombreux en analyse transactionnelle et mon but n’est pas de les présenter tous ici. Concrètement, le client en cour d’analyse se choisit un objectif et fixe un contrat avec son thérapeute. Ce dernier aide alors le client à atteindre son but, à respecter les termes et conditions du contrat. La thérapie peut se faire seule ou en groupe.

La thérapie : coût, durée et résultats

Généralement, les séances d’analyse transactionnelle durent environ une heure une fois par semaine. Elle se pratique pendant une période pouvant aller de 5 mois à 3 ans, et son tarif varie entre 20 et 80 euros. La séance de groupe est cependant un peu moins chère et peut durer plus longtemps.

Le but de l’analyse transactionnelle est de permettre au client de se libérer des contraintes de son passé (de son scénario de vie pour employer le terme utilisé en A.T). Permettant ainsi de dépasser de nombreux troubles psychologiques, d’améliorer ses relations de couples etc..., l’A.T. demeure également une thérapie de l’ici et maintenant. Un modèle qui, grâce à une meilleure connaissance de soi aide à mieux communiquer au cours de nos vies quotidiennes

Source : http://www.devpersonnel.com

Publié par : Mohamed Charkaoui




Dans la même rubrique

La violence à l’ècole"un dèfi mondial ?"

Société | La violence à l’école est devenue un défi éducatif et social à l’échelle de la planète. Un défi à la fois scientifique, politique et pragmatique. La violence (...)

Le pélerinage à tout prix

Société | Beaucoup de personnes ont trouvé la mort à la Mecque en effectuant la marche qui mène vers le lieu sacré la Karbah. Ces morts sont injustifiables car un lieu de pèlerinage (...)

Parle tue fronsé !?

Société | Il y a des moments que je trouve héroïque quand je parviens à déchiffrer un message qui est écrit d’une manière à vous faire chambouler toute la cervelle, à vous faire (...)

Les enfants syriens utilisés sur la ligne de front par les deux parties

Société | Les enfants sont de plus en plus utilisés sur la ligne de front en Syrie, les deux parties en conflit n’hésitant pas à s’en servir comme soldats ou même boucliers (...)

jeunesdumaroc.com

Bienvenu invité:

Devenir membre de JDM Magazine c'est :

Vous exprimer librement et partager vos points de vue.
Vous exprimer devant un large public.
Communiquer directement avec les lecteurs, à travers les commentaires.
Bénéficier d'une nouvelle expérience journalistique.

Devenir rédacteur sur JeunesduMaroc.com c'est aussi :

Parce que c'est grâce à Vous et à Votre volonté que JDM Magazine existe.
Parce que c'est à travers JeunesduMaroc que tous les jeunes pourront, s'exprimer en toute liberté vers une large communauté
Enfin, parce qu’il est temps de nous céder la parole !!!

Inscription membre

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


En cliquant sur valider vous acceptez nos conditions d'utilisation