Accueil du site > Santé > Très cher médicament !

Très cher médicament !

samedi 7 novembre 2009 - Partager

Pour la première fois une commission parlementaire se penche sur les prix

Un marché surprotégé où le patient subit le diktat des labos

C’est un travail intéressant que vient de produire la mission d’enquête parlementaire sur le prix du médicament. Une de ces enquêtes comme l’opinion aimerait en voir un peu plus souvent à l’échelle de l’hémicycle.

Dans les annales de l’enceinte le seul exercice notable aura concerné ces dernières années la mission d’investigation de la CNSS de Rahou El Hilaa. Rapport qui avait eu le mérite d’exister mais auquel l’on avait reproché à l’époque la politisation à outrance et qui avait péché par son manque de rigueur scientifique et certains chiffres surréalistes. Sur le thème du médicament, l’opinion ne manquera pas de remarquer qu’il y a une semaine, c’est une autre étude qui faisait, comme par hasard, le tour de certaines rédactions, l’étude du Boston Consulting Group commanditée par l’Amip (Association marocaine de l’industrie pharmaceutique). Une opération de com, officieuse, sans fait générateur si ce n’est l’actualité du rapport parlementaire !

Le prix du médicament a toujours été une question qui fâche. Il y a quelques années l’ OMS était déjà la première à pointer quelques aberrations au niveau des procédures de fixation des prix et qui justifieraient à ces yeux la cherté de beaucoup de médicaments. Le 1er paradoxe de ce secteur en effet est que d’une part la filière est soumise au début de la chaîne aux règles classiques d’une économie de marché, avec ses investissements, son marketing agressif, sa concurrence et de l’autre à des tarifs réglementés et pas tout à fait transparents. C’est d’ailleurs ce dernier aspect que souligne le rapport de la commission parlementaire. Le 2e paradoxe, c’est que l’Etat a une influence directe ou indirecte sur les 2/3 d’achat de médicaments au Maroc, mais n’exploite pas assez ce rapport de forces. Le marché du médicament semble ici vouloir conserver un pouvoir sur la formation des prix qui est pourtant la base sur laquelle repose un fonctionnement normal de l’offre et de la demande. Cette industrie est l’un des derniers bastions à résister à l’ouverture même si la ministre de tutelle istiqlalienne Yasmina Baddou a promis de s’attaquer rapidement aux dysfonctionnements.

Sans aller jusqu’à plaider ouvertement à ce que les autorités de la concurrence soient saisies du dossier, certaines conclusions du rapport invitent à un débat urgent sur les marges bénéficiaires, les mystérieux freins qui empêchent certains produits moins chers et pour des maladies lourdes d’être lancés sur le marché local.

Ce n’est pas seulement l’intérêt du consommateur qui est en jeu mais aussi la dimension macroéconomique à travers l’équilibre financier des régimes d’assurances maladie qu’il s’agisse de la CNSS ou de la Cnops. En toile de fond, se profilent d’autres questions. Quand bien même ce marché produirait 70% des besoins en médicaments, pourquoi devrait-on lui tolérer une protection que l’on refuse par exemple au textile ou à d’autres industries ?

Mohamed BENABID

www.leconomiste.com



Dans la même rubrique

Des médicaments gratuits au Maroc à partir d’avril

Santé | La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS) et la Fédération des syndicats pharmaceutiques, (...)

Sida : plusieurs cas de quasi-guérison ouvriraient la voie à des avancées

Santé | Une petite fille américaine et 14 adultes en France sont parvenus à contrôler l’infection du sida malgré l’arrêt des médicaments : des virologues français publient (...)

Lancement de la campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole

Santé | Son Altesse Royale La Princesse Lalla Meryem, présidente de l’Observatoire national des droits de l’enfant (ONDE), a procédé samedi, au Centre de santé urbain Hay (...)

Froid : et si votre bronchite était due au chauffage ?

Santé | Air trop humide : risques d’allergie Depuis 30 ans, la lutte contre le gaspillage et les économies d’énergie est une obsession. Résultat : on isole, on calfeutre, (...)

jeunesdumaroc.com

Bienvenu invité:

Devenir membre de JDM Magazine c'est :

Vous exprimer librement et partager vos points de vue.
Vous exprimer devant un large public.
Communiquer directement avec les lecteurs, à travers les commentaires.
Bénéficier d'une nouvelle expérience journalistique.

Devenir rédacteur sur JeunesduMaroc.com c'est aussi :

Parce que c'est grâce à Vous et à Votre volonté que JDM Magazine existe.
Parce que c'est à travers JeunesduMaroc que tous les jeunes pourront, s'exprimer en toute liberté vers une large communauté
Enfin, parce qu’il est temps de nous céder la parole !!!

Inscription membre

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


En cliquant sur valider vous acceptez nos conditions d'utilisation