Accueil du site > Société > Une femme de ménage ? Passez par l’agence

Une femme de ménage ? Passez par l’agence

vendredi 8 septembre 2006 - Partager

Trouver une femme de ménage ne relève plus désormais du miracle. Des agences de recrutement voient de plus en plus le jour proposant de remplir cette tâche à votre place. Garde enfant, cuisinière, gouvernante, gardien, jardinier, chauffeur, femmes de ménage, ces petits métiers sont devenus le créneau de ces entreprises.

Il suffit d’un coup de fil en précisant les critères de celle ou celui que vous voulez employer pour que l’agence se charge du reste du travail. En effet, il nous a fallu une matinée entière chez l’agence « Allo ma bonne » pour dénicher la perle rare : une femme de ménage aux horaires flexibles et qui sait tout faire avec un salaire de 1.000 DH le mois. Située dans un immeuble en plein centre-ville, à quelques mètres de la gare, cette agence est la première structure dans son genre à avoir ouvert ses portes dans la capitale. D’ailleurs, il suffit de s’y rendre pour découvrir qu’il s’agit d’une véritable entreprise. Une secrétaire est chargée spécialement de l’accueil des clients et de leur orientation vers les profils requis.

On procède alors à une recherche sur ordinateur en se basant sur les critères avancés par le client pour trouver l’employé idoine. « Nous avons une base de données assez étoffée qui nous permet de trouver facilement la personne requise », explique Soumiya, la directrice de l’agence. Une fois d’accord, les deux parties (employé/employeur) signent un contrat de trois mois renouvelable où l’employé s’engage à remplir les tâches précisées par le client. L’agence pourra ensuite toucher sa commission qui est de l’ordre de 400 Dhs.
Pourtant, cette structure est loin de se porter garante de l’employé en cas de litige entre les deux parties. « Les clients se retournent souvent contre nous quand il s’agit de problème avec l’employé, ignorant le fait que notre tâche se limite uniquement à réunir les deux parties », explique Aicha, directrice de l’agence « Safmar » à Rabat.

En effet, cette dame travaille dans ce domaine depuis six ans. D’ailleurs, elle reconnaît que ce métier est loin d’être facile. « Les gens ont du mal encore à comprendre le concept et le rôle que peuvent jouer les agences d’emploi. J’ai été plusieurs fois maltraitée par des clientes qui appelaient pour m’insulter dès qu’elles rencontraient des problèmes avec leurs bonnes », ajoute-t-elle sur un ton ferme. Mais cette femme est loin d’être découragée surtout après avoir passé le cap difficile, celui de se constituer un réseau.
« Je suis partie chercher les filles chez elles dans les campagnes de Sidi Slimane, Beni Mellal, Taza, Rachidia, Ben Guerrir et je les ai ramenées à Rabat. En ce qui concerne les clientes, j’ai fait une campagne de publicité dans les salons d’esthétique et de coiffure ainsi que dans les boutiques d’habillement. C’était difficile mais je suis arrivée enfin à me constituer un réseau », affirme Aïcha. En effet, plusieurs clientes présentes sur les lieux affirment avoir découvert l’agence grâce à d’autres amies.

C’est le cas de Faïza, une femme au foyer venue pour chercher une cuisinière suite aux conseils de son amie. « Cela fait quatre ans déjà que mon amie garde la même bonne qu’elle a dénichée auprès de l’agence. Ce qui prouve leur sérieux même si les rémunérations qu’exigent les femmes de ménages ici sont plus au moins chères ». Selon la directrice de l’agence, les honoraires varient selon la fonction de l’employée. Ainsi, le salaire d’une simple femme de ménage varie entre 800 et 1200 DH alors que celui d’une cuisinière peut aller jusqu’à 2.500DH.

Des sommes qui font fuir des fois les clientes qui préfèrent recourir à des « agents » (des femmes faisant le même travail des agences mais sans bureau) afin d’éviter de payer une grande commission. De plus, le salaire des femmes de ménage reste très abordable par rapport à celui des agences puisque certaines acceptent de travailler même avec 600 DH par mois.
Simple inconvénient, l’arrangement se fait uniquement entre la cliente et la femme de ménage. Ce qui est loin d’être rassurant…

Yousra Amrani | LE MATIN

www.lematin.ma



Dans la même rubrique

Protection des consommateurs marocains : Contrôle insuffisant

Société | Arnaque, produits dangereux, fraude… il existe différentes formes d’atteinte aux droits du consommateur. La journée mondiale des droits des consommateurs célébrée (...)

La marche de Février contestée

Société | Après la Tunisie et l’Égypte, une marche pour la démocratie au Maroc sera organisée le Dimanche 20 Février prochain. Tout d’abord, les réseaux sociaux, tels que (...)

Conseil de Ville de Casablanca : Les contrôles reprennent

Société | Les propriétés de la ville louées à des prix dérisoires. Le conseil de la ville voudrait réviser les contrats de bail de ses propriétés. Il était temps de mettre de (...)

Les « coursuiveursdusoir » anonymes – Les « En-mal » d’études

Société | Je me suis toujours plaint de n’avoir pas pu suivre des études supérieurs, d’échec en échec, je me suis retrouvée à me voir plus basse que terre, et puis un beau (...)

jeunesdumaroc.com

Bienvenu invité:

Devenir membre de JDM Magazine c'est :

Vous exprimer librement et partager vos points de vue.
Vous exprimer devant un large public.
Communiquer directement avec les lecteurs, à travers les commentaires.
Bénéficier d'une nouvelle expérience journalistique.

Devenir rédacteur sur JeunesduMaroc.com c'est aussi :

Parce que c'est grâce à Vous et à Votre volonté que JDM Magazine existe.
Parce que c'est à travers JeunesduMaroc que tous les jeunes pourront, s'exprimer en toute liberté vers une large communauté
Enfin, parce qu’il est temps de nous céder la parole !!!

Inscription membre

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.


En cliquant sur valider vous acceptez nos conditions d'utilisation